Vibration clandestine n°19

Alamanon X-Rousse
Lyon / La Croix-Rousse

aLamanon nous conte des moments de vie sucré-salés et douce folk mélancolique. Ce groupe nous offre une ambiance bien à eux, un morceau Maria donne envie de poser le stylo et le téléphone, de prendre place confortablement au fond de son siège puis d’écouter ; prendre le temps d’écouter… Ce groupe est domicilié dans une rue de Lyon où la création et l’imagination sont de mise, la rue Burdeau. Interview d’Alamanon par Vibration Clandestine.

Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-nous parler un peu de vous ?

Alamanon, c’est le chansonnier du groupe aLamanon. C’est aussi moi qui vous réponds. Il est seulement la majuscule qui se déplace, pour nommer le groupe et le chansonnier, afin de faciliter notre communication. Il est fréquent qu’Alamanon se produise en solo par exemple. Notre musique touche à autant de styles que savent jouer les musiciens du groupe. La formation bouge beaucoup, des musiciens viennent, s’en vont, reviennent. La formation est née en novembre 2008.

Cette année a été marqué par la réalisation de trois clips promotionnels de "Maria" au Métronome (Lyon 1er), pourquoi cette création ?

Je vivais sur Grenoble, il y a deux ans je m’installai sur Lyon. À Grenoble, une gitane, que je voyais fréquemment sur les marchés où je jouais, avait fortement retenu mon attention. Cet enregistrement porte son prénom. Le Métronome, lorsque je suis arrivé sur Lyon, était un lieu encore en germe. J’ai aidé à son développement, et le patron nous permit de nous enregistrer dans son sous-sol. Nous avons réalisé l’enregistrement des cinq morceaux du maxi Maria, et les trois clips, un dimanche de novembre 2010

Un de vos morceaux se nomme "Black Blanc Beur ", qu’estce-qui a inspiré la création de cette chanson ? 

Le morceau Black blanc beur est un message à ceux qui se cachent derrière les institutions antiracisme. À mon avis, être anti n’a pas d’avenir. "Black blanc beur, ce n’est pas du vocabulaire, appelle moi par mon nom, et je t’appellerai par le tien". Attention, je conçois que des personnes ont besoin d’institutions pour se défendre, je dis aussi que ceux qui en usent systématiquement jouent les victimes. Ajoutons que dans le slogan black blanc beur, il manque les rouges, les jaunes, et toutes les couleurs encore non recensées, ce qui est injuste.

En Août 2011, un maxi a vu le jour, pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai voulu faire un tour sur Paris en Juillet, avec un contrebassiste d’aLamanon, nous avons profité d’une opportunité pour réaliser en une après-midi, le maxi L’arbre aux papillons. Ce maxi donne un aperçu de la formation duo (guitare, chant & contrebasse). C’est aussi un rafraîchissement de mon répertoire avec les récentes chansons Le fil de la vierge, Une vieille déesse, et Ami.

Alamanon, tu as participé à la soirée de clôture de l’EELV en soutien à la candidature d’Eva Joly, pourquoi ce choix et comment cette prestation s’est-elle passée ?

En août, un ami est passé me rendre visite, il avait achevé un essai poétique Les Forêts Grasses, et souhaitait rencontrer des éditeurs lyonnais. Dans la foulée, il allait sur Clermont Ferrand, afin de participer au lancement de la campagne d’Eva Joly et d’EELV. Il m’a proposé de l’accompagner. Et, il ne s’est pas trompé, Eva Joly m’a saisi autant que Maria. Le soir du meeting du lancement de sa campagne, j’ai demandé à l’équipe technique si je pouvais jouer lors d’un l’intermède, ils m’ont donné le feu vert !

compteur

Maria

01 février 2011
CD discbox slider - EP 5 tires - Alamanon
Maria  © Martin Buffet
COMMANDER
Auteur:  
Jérémy Casseron